Hors de la dictée, point de salut : c’est le message que la ministre de l’éducation nationale a fait passer en plaidant, le 18 septembre, en faveur de l’instauration de la « dictée quotidienne » à l’école. La déclaration de Najat Vallaud-Belkacem a fait taire – au moins jusqu’à présent – ceux qui, à droite, se plaisent à faire au gouvernement et à sa politique éducative un « procès en laxisme ». Elle a pu séduire les familles pour lesquelles un retour aux « fondamentaux », bien que jamais abandonnés, doit rester la priorité. Elle n’a en revanche pas toujours convaincu au sein des sphères éducatives.

D’abord parce que la ritournelle est connue : depuis Jean-Pierre Chevènement en 1984, tous les ministres de l’éducation – ou presque – ont promis un retour aux fondamentaux du « lire-écrire-compter ». A l’été 2004, François Fillon évoquait, dans les colonnes de Libération, une circulaire « visant à remettre au goût du jour les exercices traditionnels qui ont fait la preuve de leur efficacité » évoquant la dictée mais aussi la lecture, la récitation, la rédaction… Au printemps 2012, entre les deux tours de la présidentielle, c’est Luc Chatel qui consacrait une circulaire à l’orthographe, préconisant un enseignement « explicite » et « progressif » grâce à des « leçons spécifiques et régulières ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/education/article/2015/09/26/la-dictee-une-passion-francaise_4772789_1473685.html#0pCPwqlS0IthYyx8.994772859_3_7502_la-ministre-de-l-education-nationale-plaide_443c040a60466c62f2258b3e9865d4d0


CONNECTEZ-VOUS A VOTRE COMPTE CRÉER UN NOUVEAU COMPTE

Vie privée : les informations recueillies sont destinées à la société Mondada.fr et ne seront pas transmise à une tierce partie.

 
×
CRÉER UN COMPTE VOUS AVEZ DÉJÀ UN COMPTE?

 
×
MOT DE PASSE PERDU?
×

Go up